SONIC HEALING:          
                        Techno Poetics

   

#1


Je suis un rat conteur d'espoir et je vous raconte des histoires des histoires de san.g/s   
des histoires de rangs  
des espoirs d'autres temps 


Sachez que mon astre s'est égaré

en ce jour le plus court de l'année





A défaut de pouvoir être

devra t-il se soumettre à paraitre

mais à défaire les défauts 

je me retrouve encore dans le faux



Hier encore

j'ai attendu que le sol décide de mon sort





#2

Sonic healing:
Black archive texture


Je suis un rat conteur d'espoir
et je vous raconte des histoires

des histoires de san.g/s , des histoires de rangs  
des espoirs d'autres temps

Si nous sommes devenu.e.s sur ces terres poussières et vents glacés
La colère nous a décongelé, recomposée, presque pixelisé

Lorsque j'ai entendu ruisseler sous ma chair ces eaux
qui se font mers, qui se font taire.

J'ai tout lâché pour devenir phosphorescent
en drainant tout ce qu'il me restait de sang
Pour sentir ma lumière émaner jusq'au soir
mais Mon coeur lui
reste noir
sec, humide, bien trop pensant
tout en continuant de faire pleurer sa sève
de couler pour atteindre ses rêves

Car cette rivière je suis
Mayanja une source qui s'en va

A présent que je m'adresse à ma mer
continuant d'entendre imaginaire
continuant de dire monde parallèles
pour troubler ces formes qui errent
qui qui
mais qui a le droit
de fourber ces corps sans ailes
qui qui
mais qui a le droit
d'enterrer les éternels


Marchant tout droit vers cet ocean d'étoiles
j'ai été dans le ciel pour construire une nouvelle toile

Et hier encore
j'ai attendu que le sol decide de mon sort

L'ellipse est arrivée lorsque la lune est tombée
et que le rouge s'est déployé sur mes marées désenchantées

Pourtant je reste terre et air

Et dans ce marché de planètes où l'ocean m'a déposé
La lumière de la pluie à inondé mon corps
lui permettant d'atteindre phosphorescence, 
d'être muté en larme pour assurer sa descendance

Mais ma terre reste rouge
marquée par les corps qui ont trainé en son sein
saignant d'abondance et soumis à l'errance

Même si le Nil débute en mon sang  
aussi rouge q'un filament
et aussi beau qu'un firmament
Je suis patience, Isis comme existence

Lorsque le ciel m'a asséché pour rendre à la rivière l'eau que je lui ai volé
je me suis retrouvé.e à nouveau damné.e


Moi Néphélé
condamnée à la terre
particule de cendre feu et feu né.e
centaure et sagittaire


Sachez que mon astre s'est égaré en ce jour le plus court de l'année

Entre normal et normé la dale est venue m'avaler

I m the tale teller To become with stories a healer


I hear running under my flesh these waters
they are silenced - They are seas
And i'm running through these
bones
To come out as my tears
Between crackling where our flesh
Hear the sounds as a burden
Faced with the memories of our mothers
Who wish they had forgotten

In revolt is glory
So we will begin to see
that
Plants will grow - through the concrete
cause plants we are
And our leaves will go far
Planting - haunting  - Without burying – Being

I m attracted by the graveyard because heiress of so much tension
The pavement here -  is still my mansion
To decorate the tombs
through all catacombs
while cherishing the wombs
in all honeycombs
To pierce with roots for those whom I am burdened
Be fierce with truth for those whom I frightened

I patiently wait to be plant
And I'll go where - ghosts haunt
Because plantation they were and I will return
To tell them they were life - to maybe stop their burn



To Be. In.g black
To Not Being able to see 
Forced to look at the mirror
To exist in a reflection
To exist as a reflection
So that they can shade themselves
in the evening
Be aware of mirrors
The spirits are watching
Reclaiming their time and their space
Their blood and their grace

Here black will not be color but will be state
Like a cyanophyte I would make the first step
if we can not be
it will be necessary
to transform – maybe
I would like to exist beyond all these choices
I would like to find something else that is not me
I would like to here to stay
That's enough to say
I would like not to read the faces
because in my head haunt looped those images
I see them on this shore begging to be releaved


I am a taler of hope and I came to tell you stories

blood stories ; ranks stories ;  hopes memories
for both the old and the young
to stretch further than visible
refusing to be available
If the Nile starts in my blood
As red as a filament
as flexible as a firmament
My real name ain’t Victoria
Through egypt it goes as reminder
of truth
To arrive in my new land
To remind me what i have lend
An identity, A futurity
But i ll melt to become a memory
Now I speak to the sea
because they keep talking about fantasy

who who but who
has the right
who who but who
has the right
using plants to inspire and killing for an empire